Edito de Yannig Joubrel : Défendre la République

0 commentaire Le par

jOUBRELJeudi dernier, salle Wagram, François Hollande a fait un discours remarqué sur la « démocratie face au terrorisme ». Le Président de la République est intervenu au moment où un nouvel attentat était déjoué à Paris, et alors que l’un des responsables des attaques du 13 novembre 2015 était convoqué devant les juges d’instruction.

Par cette intervention symbolique, François Hollande a d’abord tenu à rappeler que lui et le Gouvernement mettaient tout en œuvre pour assurer la protection des Français : promulgation de l’état d’urgence, renforcement des moyens accordés à la police et à la défense…

Mais plus encore que la liste des mesures déployées pour lutter contre le terrorisme, refusant de s’inscrire dans la surenchère des candidats aux Primaires, le Président de la République a tenu à se poser comme le garant de l’état de droit, « seule voie qui vaille, la seule efficace »…

Incontestablement, ce sont les dernières apparitions des candidats à la candidature pour les Présidentielles qui ont provoqué cette intervention du chef de l’Etat :

–        qui a tenu à rappeler qu’il entend exercer la fonction présidentielle jusqu’au terme de son mandat,

–        qui a voulu montrer ce qui est fait en matière de sécurité et de défense du territoire, dans le respect des lois et des valeurs de la République,

–        qui s’est placé comme le défenseur de la laïcité, elle-aussi attaquée et remise en question dans les débats récents,

–        qui s’est aussi imposé comme le défenseur du modèle social « patrimoine commun des Français », avertissant qu’il est résolu à se battre « toujours contre l’état d’exclusion » que voudrait bâtir la droite.

Incontestablement, c’est un Président de la République offensif qu’il nous a été donné de suivre : ce discours, dans un contexte de déclaration d’intention des uns et des autres, nous inscrit dans un autre temps du quinquennat. Nous savions que la rentrée nous ferait entrer dans un autre temps, nous y voici ! Et le véritable signal de départ nous a été donné par Nicolas Sarkozy lors de son discours de Chateaurenard.

S’il réserve encore sa réponse sur son éventuelle participation à la Primaire de la Gauche, François Hollande ne pouvait rester muet face aux annonces des candidats de la droite, qui lancés dans une sorte de concours Lépine, glissent de plus en plus vers le FN en croyant lui ravir son électorat.

Face à cette surenchère, il a tenu à rappeler les véritables enjeux des mois et des élections à venir : « La protection des Français, la cohésion nationale, le modèle social, la conception de la démocratie, la place de la France, en Europe et dans le monde » et que le débat « va bien plus loin que celui de l’identité de la France ».

A bien des égards, ce discours marque pour nous socialistes, l’entrée en campagne pour la défense du bilan du quinquennat, du projet de notre parti et d’une certaine idée de la République. 

Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Sur le même thème, lire aussi :

A la une de la Provence hier , notre premier secrétaire fédéral Lucien Stanzione et notre porte parole Christine Lagrange  apportent leurs ambitions futures pour notre fédération !
Le par
Les militants et adhérents de la Fédération du PS de Vaucluse ont décidé de me porter à la tête de notre Fédération avec plus de 82% des voix. Je tiens
Le par

Les derniers contenus multimédias